Appelée encore ostéomyothérapie, brachymyothérapie ou encore et plus justement neuromyothérapie, la myothérapie est une technique exclusivement manuelle. Cette technique vise à enlever de façon définitive des spasmes musculaires post-traumatiques permanents (MPP) présents dans de nombreuses affections médicales assez diverses en apparence mais qui ont en commun d’avoir à l’origine un ou des traumatismes affectant le bon fonctionnement de certains groupes de muscles toniques.
Parmi les divers maux traités avec un succès inégalé, on peut citer la migraine et ses variantes céphalalgiques.
Bien qu’assez proche de l’ostéopathie par l’importance donnée aux traumatismes anciens surtout localisés dans la région de la nuque et des chevilles et aussi par la délicatesse imposée à toutes les manœuvres utilisées, la myothérapie se distingue de cette dernière par ses bases théoriques (physiologiques et anatomiques) et par le raisonnement qui dirigera le choix des manœuvres, d’un Patient à l’autre, de la façon la plus précise possible.
La technique ne recourt jamais au forçage brutal des articulations, elle n’induit ni peur, ni douleur, ni bruit particulier. Elle est sans conteste une méthode thérapeutique manuelle douce et indolore.
Il existe un réflexe « myotatique » qui fait que tout muscle étiré se contracte. Ce réflexe permet au muscle de toujours retrouver sa position initiale.
Lors d’un choc, un os est soudainement déplacé par rapport au reste du corps. L’articulation la plus proche de l’os est brutalement mobilisée et certains muscles vont donc brutalement être étirés. Le réflexe myotatique intervient ici dans le but de protéger l’articulation contre la dislocation.
Le muscle étiré se contracte pour résister au traumatisme.  La contracture une fois faite ne peut disparaître ni d’elle-même, ni au repos, ni lors de massages. Cela a même tendance à s’aggraver avec le temps. C’est ce qu’on appelle le myospasme post-traumatique persistant ou le Muscle Post-traumatique Permanent.
Notons cependant qu’il existe deux sortes de muscles :
– Les muscles dits toniques qui maintiennent les positions
– Les muscles dynamiques qui permettent les mouvements
Seuls les muscles toniques peuvent rester spasmés de façon durable.
Le Muscle Post-traumatique Permanent peut rester « endormi » pendant des années mais tôt ou tard cela deviendra douloureux. La compréhension de ce Muscle Post-traumatique Permanent permet de comprendre et traiter, entre autres, les migraines.
Le myothérapeute par divers moyens (interrogation du patient ou toucher de certaines zones) ciblera les zones à travailler.